RR2 (France)

Lac de Chauvet, le 18 juillet 1952. Les photos du lac Chauvet, dans le Puy de Dôme, sont apparues pour la première fois dans le livre de Aimé Michel "La vérité sur les soucoupes volantes", elles montraient clairement un objet volant circulaire.Ces photos furent prisent par Mr André Fregnale le 18 Juillet 1952. Cet ingénieur a observé dans le ciel un objet silencieux de forme dicoïdale et se déplaçant à vitesse constante. Jusqu'à la fin de ses jours Mr Fregnale fut persuadé d'avoir photographié un phénomène certe étrange, mais tout à fait naturel. Il pensait qu'une origine extraterrestre de cet objet était impossible étant donné les distances qui séparent les planètes dans l'univers.Ce n'est qu'en 1994 que ces photos furent soumises à une expertise plus approfondie par le Dr Guérin professeur à l'institut d'astrophysique de Paris.Le Dr Guérin utilisa les quatre photos "noir et blanc" disponibles et leurs négatifs.Aprés analyse le Dr Guérin développa sa théorie, et démontra que l'objet avait bien une trajectoire rectiligne et horizontale et que ce n'était pas un montage. Les photos obtenues étaient parmis d'autres sans aucun rapport avec le phénomène ovni, la prise de vue montre également que ces photos ont étés prises sous l'effet de surprise et que l'auteur des clichés n'a pas fait de mise au point plus rapprochée de l'objet.Une étude au microscope des négatifs n'a pas montré une quelconque altération de la surface pouvant faire croire qu'il y aurait eu un effet spécifique à une prise de vue comme une réflection de lumière ou une tache sur la lentille de l'appareil ou encore un défaut au devellopement.Ces clichés montrent bien un objet dans le ciel , mais qu'elle sorte d'objet?

En conclusion et après de nombreux traitements des photos et développements de théories mathématiques sur la trajectoire de l'objet, nous pouvons conclure que: l'objet photographié et un engin en forme de disque de grande taille, situé à une grande distance du photographe dans le ciel. L'objet avait une trajectoire rectiligne et horizontale gardant une inclinaison permanente de 5 à 12 degrés. Le point visible sous l'objet est toujours resté aligné sous l'objet pendant les prises de vue, ce qui démontre qu'il ne peut s'agir d'un objet tenu par un fil ou alors un objet lancé en l'air [Guerin, 1994].