Figure 7 : Clichés de microscopie électronique montrant la localisation de la L-caldesmone au niveau ultrastructural dans la région CA1 de l'hippocampe : Révélation de l'immunoréactivité par la procédure à la DAB-peroxydase. L'immunoréactivité de la L-caldesmone est présente dans les dendrites des cellules pyramidales (D1, D2), mais tous les dendrites ne sont pas marqués (D3). Dans les troncs dendritiques, il semblerait que l'immunoréactivité se concentre le long et autour des microtubules (D2). De nombreuses épines dendritiques sont fortement immunoréactives (flèche en a). Avec un grossissement plus important (b et c), on constate que l'anticorps anti- L-caldesmone marquent très fortement l'ensemble de l'épine (tête et tige) donnant un aspect de tâches ponctuelles espacées régulièrement. L'appareil épineux (flèche) et la densité postsynaptique (épaisseur située sur le sommet de l'épine) sont très bien marqués.Un fin marquage est également présent dans les régions sous membranaires. Dans certains cas, la membrane externe des mitochondries est également bien marquée (c). Les terminaisons présynaptiques (a,b,c), les axones et les cellules gliales ne sont pas marquées (d). D : dendrite ; m : mitochondrie ; Cp : capillaire ; Sp : épine dendritique (spine) ; v : vésicules ; s : synapse (fente synaptique) ; Nu : noyau ; Ax : axone. Amplification : x 11500 en (a) ; x 21000 en (b) ; x 15500 en (c) ; x 21000 en (d).

 suite