Figure 24 : Immunoréactivité de la calponine dans la région CA3b de l'hippocampe des rats traités à l'acide kaïnique : Révélation de l'immunoréactivité par immunofluorescence ; (a, b, d et e) images confocales décrivant l'immunoréactivité de l'anticorps anti-calponine basique GCp92 sur des sections optiques de 5 mm d'épaisseur. a) contrôle. Les cellules pyramidales sont légèrement marquées dans les domaines somatodendritiques, le noyau des cellules n'est pas marqué. b) KA 24h. A ce stade, les neurones sont très intensément marqués (petites flèches) ; les gros vaisseaux sanguins sont également bien marqués (tête de flèche). c) KA 24h. Coloration au Crésyl-violet sur une coupe adjacente ; ce colorant marque les acides nucléiques et principalement la chromatine (ADN) et les corps de Nissl (ARN). De nombreuses cellules nerveuses sont déjà en train de dégénérer ; la morphologie des cellules change, certaines se mettent à gonfler et deviennent rondes, d'autres se compactent et voient leur noyau se fragmenter (petites flèches). d) KA 3j. L'immunoréactivité décroît dans toute la zone sclérosée, quelques cellules dégénératives sont encore bien marquées. e) KA 7j. L'immunoréactivité commence à disparaître, certains agrégats sont encore marqués (petites flèches). Lu : stratum lucidum (fibres moussues). Py : stratum pyramidale. Barre d'échelle = 50 micromètres.

Figure 25 : Immunoréactivité de la calponine acide dans l'hippocampe des rats traités à l'acide kaïnique : Révélation de l'immunoréactivité de l'anticorps anti-calponine acide RCpF3 par la procédure enzymatique à la DAB-peroxydase. Dans le gyrus denté (a) et dans la région CA3b de l'hippocampe (b) des rats contrôle, l'immunoréactivité est relativement faible ; l'anticorps anti-CP acide marque essentiellement les astrocytes des différentes couches. Douze jours après KA, l'immunoréactivité augmente fortement dans le hilus (c) et dans les différentes couches de CA3 (d). Cette augmentation est associée à la réaction astrogliale. Un mois après KA, l'immunoréactivité décroît légèrement dans les différentes régions concernées (e et f). De nombreux prolongement gliaux immunoréactifs traversent la couche granulaire et la couche pyramidale. Le tiers inférieur de la couche moleculaire du gyrus denté est légèrement marqué (large flèche). M : stratum moleculare ; gr : stratum granulae ; H : Hilus ; LM : stratum lacunosum-moleculare ; Lu : stratum lucidum ; Py : stratum pyramidale ; Or : stratum oriens. Barre d'échelle = 50 micromètres.

Figure 26 : Double marquage GFAP / calponine acide dans l'hippocampe des rats traités au kaïnate douze jours après l'injection : Révélation de l'immunoréactivité de la GFAP par immunofluorescence avec des anticorps secondaires couplés à la rhodamine (a) et de la calponine acide par des anticorps secondaires couplés à la fluorescéine (b). L'immunoréactivité de la calponine acide est associée à la réaction astrogliale. La calponine acide et la GFAP colocalisent dans de nombreux astrocytes (petites flèches). Néanmoins, les astrocytes réactifs (GFAP+++) de la couche moleculaire du gyrus denté ne sont que très pauvrement marqués par l'anticorps anti-calponine acide. M : stratum moleculare ; Gr : stratum granulare ; H : Hilus. Barre d'échelle = 50 micromètres.

aller à la discussion