Figure 3 : Immunoréactivité de l'actine bêta dans l'hippocampe des rats traités à l'acide kaïnique : Révélation enzymatique de l'immunoréactivité par la DAB-péroxydase. a) Distribution de l'actine bêta dans l'hippocampe adulte contrôle ; les cellules les plus immunoréactives sont les cellules microgliales résidentes, elles sont distribuées de façon homogène. b) Dessin fait à la caméra lucida d'une cellule microgliale représentative. c) Distribution de l'actine bêta dans l'hippocampe ipsilatéral 12 jours après injection intra-amygdalienne d'acide kaïnique (KA) ; l'immunoréactivité augmente très fortement dans la région CA3 et dans le hilus (H) mais également dans le subiculum (petites flèches). d) Dessin fait à la caméra lucida des cellules les plus immunoréactives ; ce sont essentiellement des cellules microgliales pseudopodiques et des macrophages amiboïdes. e) Un mois après KA, l'immunoréactivité décroît globalement pour revenir à un niveau comparable au contrôle ; quelques rares régions sont encore bien marquées (têtes de flèche). f) dessin fait à la caméra lucida montrant deux cellules microgliales de la région CA3 ; ces cellules sont munies de nombreux prolongements ramifiés mais ceux-ci sont moins longs que chez les cellules microgliales des rats contrôle. DG = gyrus denté. Barres d'échelles = 1000 micromètres en (a,c et e) et 20 mm en (b,d et f).

Figure 4 : Immunoréactivité de l'actine bêta (a et c) dans la région CA3 de l'hippocampe ipsilatéral des rats traités à l'acide kaïnique en comparaison avec celle de la GFAP (b) marqueur astroglial, et de ED1 (d) marqueur de la microglie activée et des macrophages : Douze jours après KA, l'augmentation de l'immunoréactivité de l'actine bêta n'est pas associée à la réaction astrogliale. Un double marquage en immunofluorescence avec l'anticorps anti-actine bêta (a) et avec l'anticorps anti-GFAP (b) ne montre aucune colocalisation ; l'actine bêta est présente dans des cellules rondes, amiboïdes et pseudopodiques (flèche en a). A l'inverse, la GFAP est présente le long des prolongements astrocytaires (têtes de flèche en b). L'augmentation de l'immunoréactivité de l'actine bêta est associée à la réaction microgliale : Un marquage sur des coupes adjacentes avec l'anticorps anti-actine bêta (c) et avec l'anticorps monoclonal ED1 (d) montre un pattern d'immunoréactivité très similaire (révélation par DAB-peroxydase). Les flèches en (c et d) montrent des cellules situées dans les mêmes zones et ayant une morphologie tout à fait comparable. Ces cellules sont distribuées dans les différentes couches (ou stratum) de la région CA3b. LM : stratum lacunosum-moleculare ; Lu : stratum lucidum ; Py : stratum pyramidale ; Or : stratum oriens. Barres d'échelle = 50 micromètres en (a et b) et 75 micromètres en (c et d).

suite