Schémas représentatifs des différentes cellules du SNC :

Neurones et astrocytes

Dans l'ordre, de haut en bas et de la gauche vers la droite,

figure 1a (d'après Ramon y Cajal)

Deux cellules de purkinje (cervelet), une cellule pyramidale (cortex), un interneurone à axone court (cortex), des astrocytes protoplasmiques (A) et des astrocytes constitutifs de la glie limitans (B) contactant un vaisseau sanguin (V), et deux astrocytes fibreux.


Astroglie réactive

figure 1b (d'après Represa et Niquet)

Astroglie dans différentes régions de l'hippocampe contrôle et après injection intra-amygdalienne de KA, astrocytes hypertrophiés 6 jours et 20 jours après KA.


Microglie réactive/Macrophages

figure 1c (d'après Represa et Niquet)

Microglie dans différentes régions de l'hippocampe contrôle et après injection intra-amygdalienne de KA, macrophages et microglie pseudopodique 3 jours et 12 jours après KA.

 

NB : les différentes cellules des figures 1a, 1b et 1c ne sont pas représentées à la même échelle.


Cône de croissance

 

figure 1d (d'après Letourneau et al., 1994)

Cône de croissance schématisé. Un model mécanosensible pour le guidage des cônes de croissance. Seuls les mécanismes dépendant du calcium sont illustrés. Les flèches blanches représentent les relations entre les signaux extracellulaires calciques et le cytosquelette. Les changements en concentration de calcium intérieur régulent l'organisation de l'actine et de la tubuline. Les flux calciques entre les différents compartiments sont régulés et sont réversibles. Les relations possibles dans l'interaction entre les molécules d'adhésion, de la matrice extracellulaire et leurs récepteurs avec les voies calciques et le cytosquelette sont indiquées par des points d'interrogation (?).


 figure 1e (d'après Bridgman et Dailey, 1989)

Distribution des filaments d'actine (par un marquage à la phalloïdine rhodamine, A-C) et des microtubules (par immunofluorescence, D) dans les cônes de croissance. Le domaine périphérique (P) est très intensément marqué pour l'actine alors que le domaine central (C) l'est beaucoup moins (A et B). Un double marquage sur un même cône de croissance montre que les microtubules sont exclusivement localisés dans le neurite et dans le domaine central du cône et ne montre qu'une colocalisation partielle avec les filaments d'actine dans ces mêmes domaines (C et D).


Epine dendritique

figure 1f (d'après Fifkova et Morales, 1992)

Epine dendritique S associée avec son dendrite parent D. Entre les deux, la tige de l'épine, elle-même remplie de sacs membranaires lisses constituant l'appareil épineux.